La spiruline pourrait aider à prévenir la grippe et le coronavirus

Des études scientifiques sérieuses ont mis en évidence que la spiruline par son action immuno-stimulante et anti-virale peut prévenir les infections virales telles que la grippe et le coronavirus in-vitro et chez la souris. La spiruline est le plus efficace lorsqu’elle est consommée avant ou immédiatement après l’infection.
La spiruline renforce le système immunitaire
La spiruline est reconnue pour renforcer de façon puissante le système immunitaire. C’est l’un de ses bienfaits principaux dont attestent plusieurs études1.

Elle augmente l’activité des globules blancs, des macrophages, et des cellules naturellement destructrices (NK). Ces cellules sont les acteurs principaux de notre système immunitaire et ont pour rôle d’éliminer les éléments pathogènes. Lorsque notre immunité est forte, nous résistons mieux aux bactéries pathogènes, aux virus et sommes donc plus résistants aux maladies qui nous entourent. La spiruline stimule l’activité de nos défenses naturelles, elle permet donc de renforcer notre protection en particulier en hiver.

Spiruline, activité anti-inflammatoire et anti-oxydante

A cela s’ajoute l’activité anti-inflammatoire de la spiruline. Cette dernière est un cocktail d’antioxydants : le béta-carotène (15 fois plus que dans la carotte), le sélénium, la SOD (Super Oxyde Dismutase), la vitamine E (autant que dans le germe de blé). En cela, elle protège les cellules contre les réactions inflammatoires excessives dues aux infections virales affectant les bronches et le système respiratoire. La spiruline peut ainsi contenir l’expansion du virus en étouffant les phénomènes inflammatoires au sein des cellules.

La spiruline, antiviral puissant

Des études2 montrent également l’action anti-virale de la spiruline in-vitro et chez la souris, notamment dans le cas de la grippe A. La spiruline joue un rôle dans l’inhibition de la pénétration des virus et l’inhibition de la phase de réplication des virus. Une étude publiée dans la revue Nature témoigne de l’efficacité d’un extrait de spiruline pour endiguer la propagation du virus de la grippe3. L’extrait de spiruline permet d’empêcher la formation de plaque virale et ainsi de stopper l’infection virale. Fait marquant, l’étude montre que la spiruline réfrène le virus de la façon la plus efficace lorsqu’elle intervient aux tous premiers stades de l’infection.

Efficacité antivirale maximale aux tous premiers stades de l’infection
Ainsi lorsque l’extrait de spiruline est donné aux souris une heure avant l’infection (-1) ou immédiatement après infection (0), 90 % du virus est réfréné. Par comparaison, lorsque l’extrait de spiruline est donné 2 heures après l’infection, on observe 74% d’inhibition du virus, 4 heures après infection, seulement 18% et 7 heures après infection uniquement 12% du virus a été réfréné. Cela montre que la spiruline agit au mieux en cas d’infection viralechez la souris lorsqu’elle est consommée de façon préventive ou au plus tôt lors du ressenti des symptômes. Comme le dit l’adage : « Mieux vaut prévenir que guérir » !

La spiruline diminue la mortalité dans les infections grippales
L’administration de l’extrait de spiruline a montré une diminution de la mortalité chez les souris infectées par la grippe comparé à des sujets non traités.  Il est à noter que le taux de survie augmente en fonction de l’importance de la quantité de spiruline consommée. Ainsi, lorsqu’on donne 0, 10, 25 ou 50 mg de spiruline/kg/jour. On observe respectivement 0%, 20%, 40% et 60% de taux de survie sur une période de 14 jours. Cette étude conclut sur la capacité de la spiruline à améliorer de façon substantielle les résultats du traitement de l’infection grippale. Elle suggère la spiruline comme une thérapie potentielle pour la gestion du virus de la grippe. Ces résultats sont très prometteurs et méritent une étude sur l’humain pour confirmer cette action-anti-virale.

Prévention virale par la consommation de spiruline

Pour aller plus loin, une publication récente dans Progress in Cardiovascular Diseases4 propose une stratégie pratique fondée sur l’apport d’éléments nutritifs pour prévenir et contrôler les infections des virus ARN comme la grippe et le coronavirus. La spiruline en fait partie, par sa capacité à stimuler le système immunitaire et son action anti-inflammatoire. Suite à la lecture de l’étude sur la grippe et les souris, le Dr DiNicolantonio suggère la consommation quotidienne de 15 g de spiruline par jour par l’homme pour réfréner les virus de type ARN, y compris le coronavirus. C’est une quantité supérieure à celle généralement recommandée et dont les effets n’ont pas encore été testés. L’étude sur la grippe conclut sur le fait que la spiruline peut exercer des effets thérapeutiques à des dosages bien en-dessous des doses testées.

Peut-on consommer 15 g de spiruline par jour ?

15 g de spiruline par jour correspondent à 3 cuillères à soupe de brindilles, 2 cuillères à soupe de poudre ou 30 comprimés dosés à 500 mg.

“La consommation de 30 comprimés par jour n’est pas réaliste, constate Laurent, fondateur de la ferme de spiruline Akal Food en 2010. On conseille en général 3 à 6 g selon les besoins des personnes. Il est vrai que que nous recommandons 10 à 20 g par jour pour les végétariens, les personnes anémiées en fer ou les sportifs. Cela dépend des personnes et des habitudes alimentaires. Cela fait 15 ans que je la consomme tous les jours et 10 ans que j’en mange 10 à 15 g par jour. Je suis allé jusqu’à manger 70 g par jour lorsque j’ai fait le tour du Mont Blanc. La forme la plus adaptée à la consommation quotidienne de spiruline est la brindille qui se saupoudre facilement sur tous les plats. C’est aussi la forme la moins transformée puisqu’elle est uniquement déshydratée à moins de 42°C. Cela lui permet de conserver une qualité nutritionnelle optimale. Ajoutons que si vous souhaitez augmenter votre consommation en période hivernale, faites-le progressivement. Si vous consommez 1 petite cuillère par jour passez à une et demi puis attendez 2-3 jours avant d’augmenter à 2 etc. Il est donc possible de consommer 15 g de spiruline par jour.  Pour cela, nous conseillons de diversifier les formes de spiruline. Par exemple, 1 cuillère à soupe de poudre le matin dans un smoothie, 1 cuillère à soupe de brindilles le midi sur son déjeuner et 5 comprimés dans l’après-midi ou 1 cuillère à soupe de brindille au dîner. Il est possible de la consommer tout au long de la journée et notamment pendant les repas, conclut-il. »

Conclusion
Des études scientifiques sérieuses ont montré que la spiruline par son action immuno-stimulante et anti-virale peut aider à prévenir les infections virales telles que la grippe et le coronavirus in-vitro et chez les souris. Les études montrent que la spiruline est le plus efficace lorsqu’elle est consommée avant ou immédiatement après l’infection ; et aussi que la quantité de spiruline consommée joue dans son efficacité. Si l’étude réalisée chez les souris était prouvée sur l’humain, une quantité de 15 g permettrait une efficacité maximale.

 

*Qureshi et al., 1996 ; Pascaud et al., 1993 ; Borchers et al., 2007

**Hayashi T, Hayashi K, Maeda M, Kojima I. Calcium spirulan, an inhibitor of enveloped virus replication, from a blue-green alga Spirulina platensis. J Nat Prod. janv 1996;59(1):83‑7.

***Y.H. Chen, G.K. Chang, S.M. Kuo, et al.Well-tolerated Spirulina extract inhibits influenza virus replication and reduces virus-induced mortality. Sci Rep, 6 (2016 April 12), Article 24253

**Mark F.McCartyaJames J.DiNicolantoniob, Nutraceuticals have potential for boosting the type 1 interferon response to RNA viruses including influenza and coronavirus. Progress in Cardiovascular Diseases. 2020 Feb 12.